L’effet de la fiscalité sur la consommation des jeunes

Les études de comparaison internationale publiées en 2008 (OCDE) et après montrent que la consommation des jeunes est faiblement liée à la fiscalité (taux d’accise).

Par exemple, l’Islande, qui à un taux d’accise très bas, est le pays où le pourcentage de jeunes ayant bu cinq verres ou plus en une occasion est le plus faible. A l’inverse, en Norvège, qui a un taux d’accise presque quatre fois plus élevé que celui de la Suisse, le pourcentage de jeunes ayant bu cinq verres ou plus en une occasion est plus élevé qu’en Suisse. Enfin, au Danemark, pays qui connaît le plus fort taux d’ivresse (presque deux fois plus que la Suisse), le taux d’accise est à peine supérieur à celui de la Suisse.

Une étude publiée en 2012[1], effectuée sur 30 pays auprès des adolescents de 15-16 ans, a mis en lumière que des prix élevés et des restrictions plus sévères réduisent la consommation hebdomadaire mais augmentent les épisodes d’ivresse.


  • [1] Gilligan, Conor, Kuntsche, Emmanuel et Gmel, Gerhard, « Adolescent Drinking Patterns Across Countries: Associations with Alcohol Policies », Alcohol and Alcoholism, first published online July 17, 2012
Réalisation de Saussure Communication / Air Studio