Alcopops et premix

Les boissons mélangées à base de spiritueux, disponibles dans le commerce, sont appelées premix. Il s’agit par exemple de boissons à base de gin et de tonic, de rhum et de cola ou encore de vodka et d’orange. Les premix sont, en quelque sorte des cocktail prêts à boire. Ils conservent en général un lien assez clair avec l’identité visuelle de la marque du spiritueux qu’ils contiennent.

Il existe également des alcopops qui sont des boissons composées d’alcool d’origine agricole et d’ingrédients tels qu’eau, limonades, arômes ou sucres. Il existe enfin des alcopops à base de vin, de vins de fruits et de malt de bière.

La teneur en alcool de toutes ces boissons est de l’ordre de 5% vol. soit proche des bières ou de la plupart des cocktails et long drinks servis dans les bars.

En Suisse, il se consomme entre 7 et 8 millions de bouteilles (27.5 cl.) d’alcopops et premix par année. Ces dix dernières années, ces produits sont passés de mode et ne connaissent plus le succès qu’ils avaient au début des années 2000 (39 millions de bouteilles en 2002).

La quantité d’alcool consommée par le biais des alcopops et premix se situe à environ 1’000 hectolitres d’alcool pur par an, soit environ 15% de la quantité d’alcool consommée en Suisse.

Les alcopops et premix sont soumis à des règles précises en matière d’étiquetage : l’emballage ne peut pas comporter de visuel spécifiquement adressé aux mineurs[1] et les mentions « boisson sucrée alcoolisée » et «  contient x% vol. d’alcool » doivent apparaître[2] clairement.

Les alcopops sont taxés à CHF 116 par litre d’alcool pur.

 


  • [1]Ordonnance sur les boissons alcoolisées (OBA), art. 4
  • [2]OBA, art 3, al. 2 ; Ordonnance sur l’étiquetage et la publicité des denrées alimentaires, art. 2, al. 1, lit. i et j).
Réalisation de Saussure Communication / Air Studio