Le 3 mars dernier, Lucien Erard, directeur de la Régie fédérale des alcools a déclaré à l’ATS que la consommation d’alcopops et premix avait été de 25 millions de bouteilles l’an dernier, contre 40 millions en 2002 : une chute de 38%, due à l’effet de mode, largement attendu et prévisible. Les spécialistes estiment en effet que ces produits ont une durée de vie de dix-huit mois à deux ans (magazine Points de vente, 22 mars 2004).

L’année dernière, lorsque les importateurs de spiritueux de marque s’étaient insurgés contre la diabolisation des boissons alcoolisées prêtes-à-boire et le spectre de « progression fulgurante », agité par les milieux de prévention, personne n’avait voulu les prendre au sérieux. Et pourtant, au mois d’août déjà, l’administration des douanes signalait un recul des importations de 7 millions de bouteilles.

Aujourd’hui, les chiffres officiels donnent raison à notre Groupement ! Comme le dit l’adage, il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre …