Le Groupement suisse des spiritueux de marque a pris connaissance avec intérêt des statistiques de consommation pour 2004 que la Régie fédérale des alcools vient de publier. Celles-ci montrent une baisse générale de la consommation des boissons alcoolisées, en particulier des spiritueux. Ces chiffres confirment l’opinion, maintes fois exprimée, de la branche : la tendance est clairement à la baisse et ne peut être infléchie ni par le niveau de prix ni par la publicité.

Depuis l’harmonisation fiscale de 1999, qui a contribué à aligner à la baisse le prix des spiritueux vendus en Suisse sur celui pratiqué dans les pays environnants, le Groupement suisse des spiritueux a toujours affirmé que la baisse de prix ne favoriserait pas une hausse de la consommation. Une fois de plus, les statistiques 2004 – enfin ! – publiées la semaine dernière par la Régie fédérale des alcools donnent raison à notre Groupement. Celui-ci relève au passage qu’une attente de onze mois avant la publication des données sur l’année écoulée est un délai anormalement long.

Baisse marquée des spiritueux

Après un léger report de consommation des boissons fermentées vers les boissons distillées observé en 2001, c’est l’ensemble des boissons alcoolisées qui est en baisse. Les spiritueux enregistrent la plus forte baisse avec une diminution de 2,5% par rapport à 2003, tandis que le vin diminue de 1,71% et la bière de 1,89%. La part des spiritueux dans la consommation totale recule ainsi de 17,7 à 17,5%.

Combats d’arrière-garde contre la publicité

Ces données prouvent à l’envi que le combat mené par des élus dans certains cantons contre la publicité pour les spiritueux est un combat d’arrière-garde. Ainsi que le Groupement l’a toujours affirmé, il est évident que la publicité ne crée pas la consommation. Tout au plus permet-elle à une marque de se différencier de ses concurrents et de conserver ou accroître ses parts de marché.


Retour aux communiqués de presse